Créer le bon microclimat

 
 

à vous pro­curer un ventilateur de qualité qui est capable de tourner 24 heures sur 24 pendant tout le processus de la culture. S’il fait beaucoup de bruit, surtout pen­dant la nuit, vous pouvez le recouvrir d’une caisse insonorisée.

Le système d’intraction d’air doit être muni d’un filet pour ne pas laisser entrer de bestioles ni des saletés de l’extérieur.

Il va aussi dépendre de l’extraction. Selon la puissance de l’extracteur, il faut comp­ter la moitié pour l’intracteur. La sortie d’air doit être orientée vers le sol pour qu’il se répartisse mieux dans la pièce et ne l’allumer qu’en hiver; car l’été, il ferait entrer trop de chaleur de l’extérieur. Pour cette raison, il nous faut des intracteurs sans clapet anti-retour, de manière à ce que lors de l’extraction, puisse avoir lieu une intraction passive. Dans certains endroits, il est parfois aussi nécessaire d’installer un système d’air conditionné pour l’été.

Creer le bon microclimat 05Très important mais souvent négligé: le mouvement de l’air dans le local. L’air vicié et les poches d’air qui se créent dans la culture doivent bouger pour être expulsées. Le plus courant est l’installation d’un ventilateur mais comme pour le thermo-hygromètre, il est conseillé d’un installer un pour chaque lampe. Il ne faut pas les diriger sur les plantes ni vers le haut mais plutôt du sol vers les lampes (pour que la chaleur monte et soit extraite plus facilement).

Alimentation

La gamme de fertilisants est laissée au choix de chacun même si elles ne sont pas égales. Après avoir insisté un peu, le Center Grow de Madrid nous a cepen­dant confié préférer les gammes simples qui ne disposent que de peu de produits bien dosés comme Atami ou Grotek.

Nous conseillons les engrais chélatés que les plantes absorbent plus facilement.

Mais peu importe ce qu’on utilise, le plus important est de bien les doser. Très souvent, les tableaux des fabricants d’engrais sont ajustés sur un certain type d’eau qui est différent de celui dont nous disposons. Il ne s’agit que d’une orientation et il faut apprendre à être flexibles. Lors de chaque arrosage, il faut mesurer le pH (l’acidité de l’eau) et la EC (la conductivité électrique), et sur cette base, ajouter ou réduire les produits. Pour la phase de croissance, nous tra­vaillons avec un pH entre 5,8 et 6,2 ainsi qu’une EC entre 0,9 et 1,1. Pour la phase de floraison, le pH doit se situer vers 6,5 et la EC entre 1,1 et 1,4 selon la variété. De même, lors de chaque arrosage, nous ajoutons des enzymes à l’eau pour aider la plante à mieux digérer et une fois par semaine, nous faisons un rinçage seulement avec de l’eau et des enzymes. De cette manière, tous les résidus qui se sont accumulés dans le substrat après une semaine sont dissous, la plante les absorbe immédiatement. En floraison avancée, il est possible qu’on doive arro­ser plus souvent.

  • vita race cannabis
  • weed sensi
  • difficultées de culture avec ice de sensi seed
  • j'ai cassé des racines en rempotent mon pied de canabis
  • senssi seed
  • sensi seed.com
  • http://cannabicultures.pro
  • 123 plan de cannabis retrouve a compiegne
  • www.sensiseeds.com lesquetion
  • sensee seed

 
 

More from our blog

See all posts
No Comments