Contrôle du stress lié à ľélairage

 

Nous savons que dans une culture d’intérieur, il faut le mieux possible imiter les conditions de la nature et faire en sorte que la balance penche plus d’un côté que de l’autre. Mieux on imitera les paramètres optimaux, meilleurs seront les résultats obtenus à la fin.

Dans son habitat naturel, la plante de marijuana ne dispose pas d’un soleil qui lui apporte une intensité, une fréquence, une quantité, etc, … constantes. De sa germination à sa récolte, la plante va pas­ser par diverses phases “solaires”. Et c’est quand l’intensité et la puissance du soleil faiblissent et quand les plantes montrent toute leur splendeur, que, généralement, commence la formation des têtes. Dans une culture de marijuanaControle du stress 01 normale, au départ de graines, on utilise une seule lampe à spectre mixte. Personnellement, j’ai utilisé jusqu’à cinq lampes de diffé­rents spectres et intensités.

Croissance

  • Tube fluorescent: 10 jours
  • Basse consommation: 7 jours
  • Halogène métal: 18 jours Floraison
  • Sodium: 4 semaines
  • Led: 6 semaines

Durant la période de croissance, j’aime que les plantes atteignent une maturité sexuelle avancée quand la génétique de la graine le permet. J’attends de voir les préfleurs avant de précipiter ma floraison.

Avec des variétés Sativa ou hybrides à pré­dominance Sativa, évidemment, ces règles ne fonctionnent pas car elles deviendraient sinon trop grandes. D’ailleurs, certaines Sativas doivent être mises directement sous 12/12 dès la germination.

Controle du stress 02Pour la culture d’intérieur, nous devons tenir compte de la puissance dont nous disposons (250W-400W-600W) ainsi que du taux de pénétration de la lumière, le tout régi par la loi de l’inverse du carré (intensité=lumière initiale/distance au carré). Cette règle nous dit que l’intensité de la lumière change en proportion inverse du carré de la distance, c’est-à-dire:1 lampe de 600W à 30 centimètres de distance va donner 90.000 lumens, à 60 centimètres de distance, 22.500 lumens et à 90 centi­mètres de distance, 10.000 lumens.

Selon ces données, laisser les plantes devenir très grandes n’est pas adapté car nous aurons des plantes dont les parties inférieures vont rester faibles à cause du manque de lumière. La plante va dépen­ser de l’énergie inutilement. Entre 50 et 70 centimètres, c’est la hauteur générale de nos cultures. Si, par exemple, nous utilisons des lampes de 1000W (elles sont assez rares), nous pouvons augmenter la hauteur des plantes.

Cette expérience a été réalisée pour ten­ter d’imiter le mieux possible les change­ments de fréquences et d’intensité lumi­neuse que produisent la nature et pour voir ce qui se passe dans une culture d’intérieur. Jamais les plantes n’ont pro­duit tant de résine, en plus d’être dans des pots de taille moyenne (10 litres), les têtes sont devenues énormes. Au départ de trois variétés commerciales de graines de cannabis avec une application des mêmes paramètres nutritifs que ces deux dernières années. Mon but est d’aug­menter l’intensité lumineuse à chaque étape et arriver à un point, la réduire à nouveau sur la fin.

Cas pratique

La culture de ce compte-rendu a été réali­sée en terre avec des engrais organiques, sans CO2 supplémentaire.

Croissance (18/6)

Les graines ont germé dans du papier de cuisine et ont été plantées dans des pots d’un litre. Plus tard, elles ont été installées dans la partie supérieure d’une clone-box